Vous souhaitez obtenir facilement un crédit immobilier pour acheter un appartement ou une propriété ? Votre budget pour cet achat dépendra bien sûr de votre apport, mais aussi de votre capacité d’emprunt.

Négocier un crédit immobilier

Il ne faut pas oublier que tous les prêts ne peuvent dépasser 33,33 % ou 1/3 de vos revenus mensuels nets. Plus la contribution est élevée, plus le taux d’intérêt proposé par la banque sera favorable. Il peut varier selon le montant de la contribution. Il est parfois possible, en fonction de la qualité du dossier, que la banque déroge à la règle stricte des 33 % et accorde un prêt dont les mensualités correspondent à 40 % de vos revenus. Ceci est négociable, alors n’hésitez pas à faire valoir votre ancienneté et votre solvabilité.

Avec qui ?

Pour obtenir votre prêt, vous pouvez contacter directement votre banque ou vous adresser à un courtier en prêts immobiliers. La rémunération d’un courtier est calculée en pourcentage du montant du prêt. Il a l’avantage de négocier de gros volumes de crédits et peut souvent obtenir de meilleurs taux ou conditions. En effet, afin d’examiner un contrat de prêt, les banques vous demanderont de fournir :

  • une preuve d’identité
  • une preuve de revenus
  • dernier avis d’imposition, fiche de paie de décembre
  • un contrat de travail

Les assurances

L’assurance décès et invalidité est obligatoire pour toute souscription à un prêt. Cela signifie qu’en cas de décès de l’emprunteur, la compagnie d’assurance rembourse à la banque le capital restant dû. Il est à noter qu’au-delà de 60 ans, l’adhésion à une police d’assurance coûte plus cher. L’assurance chômage est facultative. Elle est destinée aux salariés entre 25 et 55 ans, sous contrat à durée indéterminée d’au moins 6 mois. Cette assurance peut couvrir jusqu’à 26 mois de mensualités. Elle ne s’applique pas en cas de démission, de licenciement pour faute grave, de mise à la retraite ou de rupture de contrat suite à une maladie grave ou un handicap. Lors de la négociation de votre prêt, méfiez-vous des clauses abusives. Bien qu’elle soit souvent acceptée, une banque ne peut pas exiger que vous domiciliiez vos revenus dans son établissement.
Vous devez également vous méfier des clauses de remboursement anticipé. Si vous vendez votre bien avant la fin du prêt, la banque peut vous imposer des pénalités de remboursement anticipé sur le montant du capital restant dû. Ce taux est négocié au moment de la conclusion du contrat.

Garanties de crédits immobiliers

En échange du prêt, vous vous engagez à rembourser vos mensualités et à utiliser les fonds pour acheter un bien immobilier. La banque peut demander un prêt hypothécaire comme garanti. Cela signifie qu’en cas de défaut de paiement, la banque peut saisir le bien et le vendre.
Une société de cautionnement peut également être utilisée pour remplacer l’emprunteur en cas de défaut de paiement. Il se retournera alors contre lui. La banque est alors sûre de récupérer l’argent, sans avoir à gérer un litige.